Ce qu’il se passe après une séance de réflexologie plantaire

« La réflexologie plantaire donne une stimulation à l’organisme. Elle augmente le niveau d’énergie globale du corps. Elle transmet une information aux organes. Suivant les cas, elle leur demande de se mettre en route, de travailler ou de se relaxer et de se calmer. Un traitement réflexologique influence les organismes de façon à ce qu’ils retrouvent leur équilibre. Mais comme lorsqu’on range sa maison, on doit faire plus moins le tri, jeter les objets superflus, et réparer ceux qui sont abîmés. En général, cela demande une certaine initiative et un minimum d’énergie. Un traitement réflexologique donne cette initiative à l’organisme et lui permet d’avoir suffisamment d’énergie pour entreprendre la guérison. Le corps cherche alors à éliminer les toxines et les déchets. En général, les réactions aux traitements apparaissent dans les 72 heures qui suivent la séance. Il est rare que les réactions se déclenchent plusieurs jours après une séance. Par contre, des réactions d’aggravation qui apparaissent dans les 3 jours qui suivent une séance sont très probablement liées à celle-ci, notamment si la personne a fait comme d’habitude. Evidemment, si elle a aidé des amis à déménager le lendemain de la séance, le mal de dos qu’elle ressent ensuite est probablement plus lié à cet effort qu’à la réflexologie ! Lorsque des réactions d’aggravation se manifestent, elles durent en général un soir, un jour ou deux, voire trois jours.

Une séance de réflexologie mobilise les processus d’autorégulation de l’organisme. En général, la personne se sent alors fatiguée. Les douleurs s’accentuent parfois, comme si les tensions devaient remonter à la surface afin d’être éliminées. Ce procédé peut engendrer aussi des courbatures, des maux de tête, des nausées, un écoeurement, etc. Les réactions peuvent aussi être d’ordre émotionnel : « vagues » de tristesse, de colère, etc. Il arrive, plus rarement, que certains se sentent pleines d’énergie le soir même de la séance et les jours suivants.

Lorsque les zones plantaires sont très perturbées, et que les tissus ont changé de consistance, il est probable que des mécanismes de régulation se mettent en place car le corps a répondu à la stimulation du toucher réflexe. Il est alors conseillé de prévenir le patient de l’apparition éventuelle de réactions d’élimination et de l’informer de leur aspect bénéfique. Si son état l’inquiète, il doit pouvoir se mettre en rapport avec le réflexologue afin d’évaluer la situation. Dans certains cas, les personnes ne témoignent d’aucune réaction d’élimination. Si le praticien les a prévenues de réactions possibles, elles sont alors déçues !

Après quelques jours de nettoyage et de rééquilibrage, pas très agréables, l’état général du patient s’améliore dans la majorité des cas. Les douleurs s’atténuent, la digestion est plus facile, le sommeil plus réparateur et surtout, la personne se sent plus énergique.

La réflexologie ne peut en aucun cas aggraver l’état d’un malade. Elle ne fait que mettre en évidence un état de déséquilibre. Si le déséquilibre est profond et marqué, la réflexologie peut effectivement le « réactiver ». Le mal-être du patient semble alors plus prononcé, mais cet état fait partie du processus de réparation. C’est comme une plaie qui, lorsqu’elle cicatrise, provoque des démangeaisons : c’est bon signe !

Lorsque les déséquilibres sont profonds et que l’accumulation dure depuis longtemps, les réactions de rééquilibrages peuvent prendre plusieurs semaines ou plusieurs mois ».

Extrait du livre de Mireille Meunier.

www.facebook.com/reflexoJeanlouis